Dernières nouvelles
ayahuasca photo de la préparation 1
ayahuasca photo de la préparation 1

Notre expérience Ayahuasca au Brésil en Amazonie : plus que positive !

Notre expérience Ayahuasca au Brésil en Amazonie : Résumé pratique

 

Cette expérience fut si incroyable que l’article tient presque de la thèse et est très détaillé donc pour les lectrices et lecteurs qui ne se sentiront pas de tout lire en détails et veulent des réponses rapides d’une expérience positive d’ayahuasca (ce qui n’est pas toujours le cas attention d’en être conscient(es) avant de vous lancer dans cette aventure), voici en condensé ce que l’on peut en dire de notre propre expérience, ma soeur Julie et moi Christine :

  • Lieu : Brésil, Etat du Para, Ville d’Alter do Chao, propriété « comunindios » tenue par Paulo (Facebook de Paulo) et sa fille Pan (Facebook de Pan) qui sont producteurs, fabricants et confectionnent la préparation d’ayahuasca sur place dans une propriété splendide et magique avec des arbres, des insectes et animaux typiquement amazoniens, des hamacs, une maison dans les arbres (dans laquelle on a eu la chance de dormir 2 nuits) … Ils ne sont pas chamans ni représentants de l’église ou du Santo Daime et la cérémonie est surveillée mais nous sommes très « libres », ce que nous avons apprécié particulièrement.
  • Prix : 100 Réais par personne de contribution pour aider au développement et à l’entretien de la communauté, soit environ 25€.
  • Durée : 7h environ mais selon les personnes les effets durent dans les 24 à 48h suivantes. Julie par exemple a retrouvé au bout des 7h son « état normal » alors que moi Christine ne l’ai totalement retrouvé que presque 48h après!
  • Participants : 10. De toutes origines, poids, taille, hommes et femmes surveillés tout au long du « travail » par Paulo le maître de cérémonie. Notre amie Bibine a participé à 3 cérémonies en 3 ans et c’est Pan la fille qui était le maître.
  • Origines : Selon Wikipédia, dans diverses communautés indigènes amazoniennes, l’ayahuasca est traditionnellement utilisé pour entrer en transe dans un but divinatoire ou comme outil thérapeutique et comme puissant outil de purification lors de rituels de guérison sacrés. Cette boisson semble être consommée depuis 4 000 à 5 000 ans (wikipedia sur l’ayahuasca).
  • Action de la préparation telle que nous la comprenons : grossomodo c’est un mélange de 2 parties de plantes (feuilles et lianes) qui agit avec une enzyme de notre estomac pour ouvrir une zone dans le cerveau qui ne fonctionne pas habituellement, nous permettant de voir le monde qui nous entoure et nous-mêmes de l’intérieur j’ai envie de dire. Pour une explication très scientifique je vous renvoie à Wikipédia qui est très bien documenté et dont je n’ai pas envie de faire le copier/coller, je préfère vous raconter l’expérience vécue ! wikipedia sur l’ayahuasca
  • Effets principaux sur moi et ma sœur : notre « voyage » fut très visuel les yeux grands ouverts (aucun travail intérieur contrairement à d’autres participants du même soir), un état de conscience modifié permettant la découverte d’un monde vraiment merveilleux, sans hallucinations (de mon point de vue) mais simplement la faculté de voir plus ou moins, comme avec une dimension supplémentaire, tous les détails de TOUT ainsi qu’à travers ou plutôt l’infiniment petit : corps, végétation, insectes, sons, ciel, vibrations/ondes …

Si cet avant-goût vous a plus voici ci-après notre « thèse »  ! Je précise que ceci n’est pas du tout « scientifique » ce n’est que notre expérience et afin de rassurer la famille, au Brésil et dans toute l’Amérique latine cette pratique traditionnelle amazonienne est tout à fait légale, il existe même des centres « médicaux » utilisant l’ayahuasca pour la guérison, la purification et notamment soigner les addictions car en effet ce n’est pas une préparation addictive en tant que telle (article intéressant sur le sujet).

ps : Malheureusement nous n’avons pas de souvenirs photos de cette expérience mais le long texte si après sera agrémenté néanmoins de quelques photos du lieu où cela s’est passé pour vous « planter » un minimum le décor et surtout de photos que j’ai piqué à Paulo et Pan sur leur page facebook et qui montrent un peu tout le travail de préparation de l’ayahuasca !

ayahuasca comunindios produit fini pas du coca cola
ayahuasca comunindios produit fini pas du coca cola !

En détails : la « thèse » !

 Le décor !

Le Brésil était notre 1er pays de voyage et après plus de 4 mois à longer la côte brésilienne depuis l’Etat de Sao Paulo jusqu’à Belém dans le Para tout au Nord, nous arrivons à Alter Do Chao, fini la côte nous voici en forêt amazonienne !

Nous avions précédemment rencontré à Joao Pessoa, Bibi, une expatriée française vivant en Guyane Française depuis 6 ans avec qui nous avons voyagé 2 semaines et bien sympathisé. Nous avions décidé de quitter le Brésil après Sao Luiz et ne faire l’Amazonie qu’en Equateur ou Colombie ou bien à notre retour au Brésil en redescendant de l’Amérique centrale car nous n’avions pas visité l’intérieur du Brésil : c’est tellement grand et beau ce pays/continent !

Mais Bibi nous parle d’Alter Do Chao, village qu’elle adore et où elle souhaite s’installer pour ouvrir sa tapiocaria (confection et vente de tapiocas : une spécialité brésilienne délicieuse et sans gluten, sortes de crêpes épaisses à base de « goma de mandioca » que l’on garni de ce que l’on veut !). Elle nous parle de cet endroit où elle va vivre « comunindios », un lieu tenu par son père et sa fille qui proposent hébergements en hamacs, petites maisons ouvertes sur la nature et une maison dans les arbres dans laquelle d’ailleurs nous séjournerons durant la nuit précédant l’ayahuasca et la suivante ! Ils vivent également et principalement de la fabrication sur place de l’ayahuasca et des cérémonies qui ont lieu en général le samedi en petits groupes, la nuit et à cheval sur la matinée.

ayahuasca en préparation baignée du soleil tamisé par les arbres d'Amazonie
ayahuasca en préparation baignée du soleil tamisé par les arbres d’Amazonie

Sur l’Ayahuasca!

Durant notre voyage nous avions déjà entendu beaucoup parlé de cette préparation médicinale chamanique que l’on peut qualifier de « drogue » dans la mesure où elle procure un état modifié de conscience mais  pas d’accoutumance ni de dépendance, elle a même un effet purificatrice du corps et de l’esprit selon la tradition amazonienne. Un travail sur ce qu’on a vu et ressenti se fait ensuite. Selon Wikipédia comme je le dis dans le résumé, dans diverses communautés indigènes amazoniennes, l’ayahuasca est traditionnellement utilisé pour entrer en transe dans un but divinatoire ou comme outil thérapeutique et comme puissant outil de purification lors de rituels de guérison sacrés. Cette boisson semble être consommée depuis 4 000 à 5 000 ans. Déjà, au Brésil en tout cas et dans l’endroit où nous l’avons fait, c’est une préparation naturelle qui se fait à base de 2 parties de 2 plantes : pour l’une la feuille et pour l’autre la liane, sans ajout de substance chimique et c’est ce mélange que l’on nomme l’Ayahuasca. Cela agit avec une enzyme de notre estomac pour ouvrir une zone dans le cerveau qui ne fonctionne pas habituellement, nous permettant de voir le monde qui nous entoure et nous-mêmes de l’intérieur j’ai envie de dire.

la racine utilisée pour préparer l'ayahuasca
la racine utilisée pour préparer l’ayahuasca

On dit aussi que c’est une préparation spirituelle car une même personne peut prendre 100 fois de l’Ayahuasca et 100 fois l’expérience sera différente pour elle : un voyage visuel, un voyage intérieur, un voyage positif, un voyage triste ou négatif … également d’une personne à l’autre les expériences sont uniques même si pour toutes on retrouve une similitude : pas d’hallucinations mais des pensées ou des visions très réalistes d’un monde intérieur et extérieur en « VIE ». Et ce mélange de plantes viendra traiter un problème que l’on éprouve à ce moment-là, mais on ne peut pas choisir pendant : ce sont les plantes qui décident pour nous de quoi nous avons le plus besoin à ce moment-là dans notre vie. Certaines personnes ont de très douloureuses expériences comme ce fut le cas de notre amie Bibine la 1ère fois car elle a vu tout ce qui n’allait pas dans sa vie et a fait un voyage très intérieur à l’intérieur d’elle-même alors que la 3ème fois fut très positive, belle et visuelle comme pour ma sœur et moi. Mais après coup, elle nous dit que sa 1ère expérience qui, sur le moment ne lui a pas vraiment plu il faut bien le dire, a été la meilleure chose qui lui soit arrivée, elle  a pris certaines décisions radicales de changements dans sa vie et en est ravie à présent car elle se sent plus « elle-même » désormais et donc plus épanouie. Mais en effet, il faut une certaine force de caractère je pense pour accepter de recevoir des informations dont on n’a pas forcément conscience sur nous-mêmes et savoir les interpréter, les digérer et en faire quelque chose de bien et non pas un traumatisme évidemment.

En conclusion, il faut avoir conscience avant de tenter l’expérience que celle-ci puisse être douloureuse et dans ce cas je pense, elle ne peut pas être traumatisante après coup puisque par avance on a déjà l’idée de savoir que tout ce qu’on voit n’est qu’un reflet de nous-même et que si l’on trouve cela « mauvais » il suffira de changer ce qu’il y a à changer après avoir analysé pourquoi nous avons vu des choses comme cela en nous.

les 2 plantes utilisées pour préparer l'ayahuasca.jpj
les 2 plantes utilisées pour préparer l’ayahuasca.jpj

Avec Julie, nous nous étions préparées à cela avant, par chance notre 1ère expérience ne fut qu’amour, joie immense, émerveillement total, perte de la peur, sensation de bien-être total, et pour couronner le tout l’Ayahuasca a « choisi » de nous réconcilier alors que nous étions en froid le jour même et avions décidé de se séparer pour la suite de notre voyage. Mais aux vues des expériences des autres participants qui ont tous fait un grand voyage intérieur qui nous a semblé douloureux pourtant vu de l’extérieur pour nous dans notre bulle d’amour et de beauté, nous éprouvons l’envie de retenter l’expérience en espérant faire un travail plus interne cette fois peut être chacune de son côté et donc pas le même jour dans le cas où la plante « voudrait » encore nous rapprocher :-), voir des choses à l’intérieur de nous les yeux fermés ce que l’on n’a pas réussi à faire pour cette 1ère fois : nous ne pouvons pas choisir, nous ne savons pas quand l’occasion se présentera à nouveau, nous ne la chercherons pas, nous laissons faire les hasards des rencontres de la vie.

Le début de la « cérémonie »

Pour notre part, ma sœur Julie et moi, après ces 4 1er mois de voyage commencions à vraiment nous disputer de plus en plus souvent, sur des problèmes d’incompréhension mutuelle et la journée précédent la prise de l’Ayahuasca nous en sommes arrivées au clash et nous avions tant pleuré sur nos incompatibilités que nous avions décidé,  le cœur lourd, de nous séparer au Mexique, notre destination suivante. C’était une nuit de pleine lune un samedi à 4h du matin car nous avons dû attendre que la fête voisine stoppe afin de ne pas être perturbés par la musique et pouvoir entendre la musique de la cérémonie qui était un mélange de chants et de sons très relaxants, chamaniques et enivrants.

La cérémonie s’est faite avec Paulo,  le père de famille dont je garderais le souvenir mémorable d’un homme souriant aux longs cheveux bouclés blancs et se balançant sur son hamac me surveillant de façon bienveillante de loin ! Nous étions 10 participants, Paulo nous rassemble autour du feu de camp pour nous expliquer un peu de quoi il s’agit, l’action de la préparation sur notre corps, les expériences devant se vivre de façon individuelle il nous demande de ne pas entrer en contact avec les autres même sœurs, frères ou petits amis, durant le « travail ». A ce moment-là avec Julie cela nous arrange bien car nous sommes vraiment en froid ! Puis nous nous dirigeons sous la hutte de cérémonie pour la 1ère prise dans des petits gobelets de plastiques, l’Ayahuasca préparée artisanalement dans les fours au sol de la propriété est contenue dans une bouteille recyclée de coca cola : plutôt drôle ! Paolo nous dira après coup qu’il fut vraiment surpris de la consistance particulièrement épaisse de la préparation de cette année qui normalement se rapproche davantage du liquide que du solide, ce n’était donc pas évident à boire, il a fallu y ajouter de l’eau pour arriver à bout du petit verre de préparation. Avant cela nous nous étions mis en cercle les mains liées, avions fait 3 grandes respirations de relaxation avec le son « om » du yoga bouddhiste et nous remercions par avance la NATURE de ce qu’elle va nous permettre de voir au-delà de nos yeux humains !

ayahuasca en préparation 3
ayahuasca en préparation 3

La 1ère prise d’Ayahuasca!

Nous venons donc de tenter d’avaler difficilement cette préparation que nous trouvons tous trop épaisse, difficile à boire et d’un goût vraiment amer et très végétal. Mais nous y arriverons tous avec plus ou moins de grimaces et de hauts le cœur !  Nous nous redirigeons vers le feu de camp et attendrons la digestion tous un peu inquiets et se regardant les uns les autres ! Il est 5h du matin. Paolo nous avait expliqué qu’il était normal de vomir et/ou d’aller « aux toilettes », au contraire il ne faut pas bloquer ce processus naturel de nettoyage intérieur, c’est juste  une évacuation normale et selon les individus c’est peu ou énormément car cela fonctionne avec nos bactéries et enzymes personnelles ainsi que notre travail mental et les émotions qui en découlent, il n’y a donc pas de généralités et on ne peut le prévoir à l’avance. Les scientifiques s’accordent tous à dire aujourd’hui que notre ventre est notre 2ème cerveau  vu qu’il contient des neurones autonomes du cerveau et que son fonctionnement est d’une complexité extrême avec les bonnes et mauvaises bactéries, les champignons, les enzymes … ! Bref,  l’Ayahuasca  a un effet donc sur nos 2 cerveaux !

Ensuite, Paulo nous explique également que même si la plupart des personnes détestent le goût de la préparation, il arrive que certains aiment et décrivent un goût de café et açai (baie locale que les brésiliens adorent en boisson ou en glace mais la plupart du temps trop chimique). Du groupe de 10 je serais finalement  la seule à apprécier, à la fin,  le goût de la préparation mais j’y reviendrai en détail plus tard !

préparation ayahuasca comunindios 3
préparation ayahuasca comunindios 3

Après la prise de cette 1ère dose, nous voyons Renata une des participantes argentine tout de suite « se vider »  et avons l’impression qu’elle est très mal et comme cela tout au long de la cérémonie nous la trouverons très renfermée sur elle et comme inquiète : elle nous racontera après que ce fut une sublime expérience pour elle,  que ce n’était pas une souffrance que d’avoir beaucoup vomi au contraire elle a eu l’impression d’un grand nettoyage interne et ayant vu tout un tas de choses et son fonctionnement interne en détail ! De notre côté avec Julie, chacune de notre côté, nous n’avons pas été malades à ce stade-là de l’expérience Ayahuasca.

Moi Christine après ce 1er verre, après je pense une 20aine de minutes, j’ai commencé à voir des détails et de la « vie » dans le sol notamment, et les couleurs différentes (plus variées et intenses à mon regard) mais rien d’époustouflant encore, c’est quand la cloche a sonné pour la 2ème prise, qu’après tout s’est « éclairé » ! Nous avons tous pris le 2ème verre sauf Renata qui était déjà bien « partie »  et ne prendra son 2ème verre qu’au moment de la possibilité du 3ème verre.  Et très peu prendrons le 4ème verre : 3 ou 4 des 10 je crois. Beaucoup d’entre nous n’ont pas vomi au 1er verre et beaucoup n’ont pas senti particulièrement d’effets visuels ou internes, et même après le second verre, je suis quasiment la seule pour qui cela a commencé à faire effet dès le 1er verre  et bien sûr Renata.  Nous ne nous sommes pas parlé avec Julie durant cette 1ère partie, seulement à la prise du second verre on s’est dit : « tu as vomi toi ? Tu as senti un effet ? »  Et Julie n’avait pas encore senti particulièrement d’effets.

« L’état de grâce » !

Moi qui était déjà dans un état de conscience modifié après les 1h30 de travail de la 1ère prise, les effets de la 2ème prise se font très vite sentir et de plus en plus intenses et comme par vagues,  j’éprouve ainsi d’abord le besoin de danser sur la musique qui est passée et j’ai l’impression que les musiciens sont là en live tellement ma capacité auditive est comme surdéveloppée. Puis je ressens le besoin de m’assoir au sol sur un des  tapis de paille qui était à notre disposition juste au bord du feu de camp. Julie de son côté retourne dans son hamac s’allonger sous la hutte car c’est là qu’elle se sentait bien.  Au fur et à mesure des minutes, je me sens de mieux en mieux, pour entrer dans un véritable enchantement ! Je suis d’une nature très gaie et enjouée à la base mais là c’est comme décuplé. Je  n’ai toujours pas envie de vomir alors que je vois de plus en plus les participants se diriger aux toilettes ou vomir de façon qui me paraissait atroce et plein de souffrance ! Je fus rassurée ensuite lors du « débriefing » vers 12h de savoir que c’était une bonne expérience pour 9 participants sur 10 malgré les impressions personnelles que j’avais eu à leur sujet sauf pour ma sœur mais je vais y venir. De mon côté j’étais comme « Alice aux Pays des Merveilles », je n’arrivais pas à arrêter de sourire voire exploser de rire ou carrément parler seule d’émerveillement de toute la beauté qui m’entourait je voulais raconter à tout le monde ce que je découvrais et mes nouvelles capacités de vision de la vie dans le monde. Je sentais même couler parfois des larmes de mes yeux évidemment de joie voire d’extase, j’ai du mal à trouver le bon mot tant je ne me suis jamais sentie dans cet état d’émerveillement dans lequel je me trouvais. Et décrire réellement est impossible c’est vraiment à vivre !

préparation ayahuasca comunindios
préparation ayahuasca comunindios

Mais je vais tenter de vous expliquer plus ou moins ce qui m’a mis dans cet état « de grâce ». J’ai commencé par m’attarder sur mes pommes de mains et j’y voyais la vie comme si mes yeux étaient d’un coup capables de voir à travers ma peau notamment le sang y couler, le pouls y battre, tous les moindres détails et en mouvement de la vie, je voyais les yeux écarquillés littéralement mon corps vivre ! Aussi, je pouvais voir dans TOUT comme s’il y avait 1 ou 2 dimensions supplémentaires et j’entendais les sons de façon amplifiée: il suffisait que je focalise sur quelque chose pour entendre son son très facilement en « zappant » les autres sons alentours, ou voir comme « à travers » pour y voir la vie minuscule comme avec un microscope, des insectes notamment qu’il est impossible à l’œil normalement de pouvoir voir, et la nature notamment ne me faisaient plus peur aussi et pourtant je vous rappelle que j’étais en Amazonie ! Je me sentais « incluse » dans ce spectacle et tout me semblait magnifique, les couleurs notamment si belles : je n’ai jamais vu autant de nuances d’une même couleur et le vert de la nature qui nous entourait en particulier. J’avais l’impression de faire corps avec la nature.

Après avoir passé je ne sais combien de temps à admirer tout ce qui se passait dans mes paumes de mains :-), j’ai regardé tout autour de moi et c’était magique ! Tout était si beau, je me sentais remplie d’un amour immense et d’une joie incommensurable. Puis j’ai levé les yeux au ciel et là un spectacle incroyable d’ondes de bleu, de blanc et de rose avec le soleil qui se levait, il devait être dans les 6h à 7h du matin je pense. Les couleurs naturelles présentes dans le ciel bougeaient très vite en ondes formant des animaux fluctuants et des formes arrondies de type rosaces que l’on peut faire au compas quand on est petit. Après coup, j’analyse tout ce que j’ai vu et ressenti en aucun cas comme des hallucinations : je n’ai pas vu « mario bross en kart » (cf. laura) ni des éléphants roses ! Je n’ai vu et ressenti que des choses très naturelles comme si ce mélange de plantes m’avait donné la chance quelques heures de ma vie de pouvoir voir la vie sous un autre angle, une autre dimension, plus en détail, et avec un temps ralenti ! Ha oui le temps parlons en : c’est comme si tout se passait au ralenti en moi et autour de moi pour me permettre de voir, d’entendre et de ressentir tout cela en détail. J’étais dans un état admiratif/méditatif à chaque instant, le temps ne semblait plus exister, il paraissait ralenti mais à la fois passait trop vite par moment comme quand je regardais défiler ses ondes sublimes dans le ciel comme si tout était relié au ciel, ou dans ma main lorsque je voyais tout vivre bouger c’était très rapide les mouvements et mes yeux avaient du mal à suivre et analyser tout ce qui s’y passait mais je peux vous dire que c’était BEAU !

Après avoir admiré le ciel je ne sais combien de temps :-), je décide d’essayer de me relever, je sens que je ne suis pas dans mon état normal évidemment mon cerveau travaille dur dans une zone qu’il n’a pas l’habitude de faire travailler et donc je me sens chancelante et vraiment très « molle » mais c’est plutôt marrant je me moque de moi-même intérieurement car ce qui est fou c’est que j’ai gardé toute ma conscience et mon sens critique et Julie également ! Ha moi qui suis habituellement d’un tempérament stressé, ce travail de l’Ayahuasca m’a aussi permis de relâcher tout mon corps de ses tensions (je suis fibromyalgique due à une maladie de Lyme qui n’a jamais été traitée, je ressens donc tout le temps des douleurs de personne âgées dans mon corps, entre autres !). Ensuite, je fais un petit tour en forêt pas bien loin juste dans une toute petite partie de la propriété toujours proche du feu de camp et je suis complètement ébahie par tout ce que je peux y sentir, y voir vivre, rien de surnaturel, aucune chose étrange, juste une beauté immense, des sons ressentis plus intensément ou nouveaux mais pas effrayants, avec des couleurs et des détails nouveaux à mes yeux. Aussi, lorsque je croise des yeux ou tente de communiquer avec les participants j’en vois certains avec des halos de lumière et d’autres que je sens plus tourmentés et qui apparaissent comme plus ternes, comme si d’un coup je pouvais sentir l’aura des personnes sur le moment, l’état dans lequel ils se trouvaient. Je danse, je rigole, je souris, j’imagine que si quelqu’un me regardait il  me prendrait pour une folle : mais notre ego n’est comme plus là ! Je regarde le ciel et remercie je ne sais qui pour tout cela, « mère nature », et  l’Ayahuasca de tout ce qu’elle me permet de voir.

préparation ayahuasca comunindios 2
préparation ayahuasca comunindios 2

Jamais je n’aurai pu imaginer cela même dans mes rêves les plus fous. Je suis une personne très souriante et positive et qui aime la nature, je suis une admirative déjà mais alors là je vous dis c’était vraiment pour moi comme me retrouver dans le livre de la Jungle vue le décor amazonien du lieu et tout en étant Alice aux Pays des Merveilles ! Et je voyais sans cesse Paulo (le maître de cérémonie) comme un guide avec un grand sourire me regardant en se balançant sur son hamac (il veillait en fait aux participants et surveillait que tout se passe bien). Je me revois aller vers lui et lui demander « c’est normal ? Je ne vomi pas, je ne vois rien quand je ferme les yeux en moi et tout se passe à l’extérieur le spectacle est incroyable mais je ne me sens pas malade … ou à faire un travail particulièrement sur moi … comme tout le monde semble le faire ici?  » et il me rassure en me disant que tout est parfait et très bien comme ça, que je me laisse aller à ce que l’Ayahuasca veut bien me montrer et m’apporter à cet instant, que je n’ai pas à m’interroger juste à laisser faire.

Je retourne sur mon tapis me sentant à nouveau faible après avoir dansé seule au milieu de toute cette scène au son de la nature qui m’entourait et que je sentais bienveillante et reposante et parfois je réentendais le son de la musique qui passait comme si des musiciens live étaient là et cela résonnait en moi et je dansais autour du feu et dans une joie intense les yeux grands ouverts, complètement ébahie par tant de beauté et souvent les larmes de joie me coulaient. Et puis je regarde à nouveau le ciel, ce ciel qui restera pour moi le plus beau des spectacles je pense,  avec ces ondes bienveillantes formant pleins de jolis desseins de lumières comme des fils reliés tous les uns aux autres, j’imagine que ce sont toutes les pensées et énergies qui circulent dans ce ciel, et du coup c’est vraiment magnifique et je ressens un amour en moi immense pour toute chose.

Et là j’entends ma sœur éclater de rire et m’appeler. Je me retourne et je la vois dans son hamac qui me semble super loin comme si un continent nous séparait et là je reste émerveillée un moment par le feu de camp que je vois vraiment énorme et en détail et les pierres autour avec des couleurs amplifiées détaillées vraiment sublimes. Je la regarde à nouveau et je vois qu’elle semble se battre avec des insectes, je lui demande et elle me dit « oui il y a pleins d’insectes autour de moi et sur moi ». Alors je lui dis « mais viens ici c’est trop beau ! ». La notion du temps étant complètement différente je ne peux pas dire précisément en combien de temps tout cela se passe et à quelle heure elle vient me rejoindre mais à partir de là ce qui se passe est incroyable : on communique sur nos sentiments, nous qui étions fâchées juste avant nous nous surprenons mutuellement à se sentir bien ensemble à nous rapprocher de plus en plus et à rigoler ensemble de nous, de tout ce qu’on voit de nos comportements mutuels ….  Je suis si contente de partager cela avec elle ! Elle se met d’abord debout, puis s’assoit et enfin à un moment me dit qu’elle a besoin de s’allonger aussi alors que je me trouvais déjà moi allongée sur le dos à admirer mes cheveux, ma peau, le soleil, le sable en me roulant dans tous les sens sur ce tapis qui me semblait énorme aussi à ce moment-là comme si j’arrivais en entrer de plus en plus dans le « minuscule » à voir. Julie s’allonge donc carrément en perpendiculaire d’abord sur ma poitrine alors je lui dis que ça me fait mal et mets finalement sa tête sur mon ventre. Elle me dit qu’elle entend ce qui se passe dans mon ventre et je lui dis que j’entends son cœur battre dans mon ventre, c’était incroyable.

préparation ayahuasca comunindios 5
préparation ayahuasca comunindios 5

Et qu’est- ce qu’on rigole, on essaie d’analyser la situation : pourquoi on se retrouve dans cette position complètement collées et on se dit mais Paulo nous a dit au début que c’était interdit de rentrer en contact ! Mais nous n’avons aucune volonté de nous séparer, je crois lui avoir demandé au moins 20 fois : « tu te sens bien comme ça avec moi, ça te dérange pas que je sois là avec toi ? » et elle me dit elle-même surprise « non ça ne me dérange pas d’être avec toi au contraire ! je suis bien là comme ça ! » J’ai envie de la protéger, j’ai envie de lui raconter tout ce que je peux voir et de comparer avec elle. Elle commence à me dire que ce ne sont pas ses pieds et ses mains qu’elle voit, qu’elle les voit « mourir » et « gros » et ça nous fait rire !. Et je me revois lui dire mais non c’est l’inverse ça vit, tu peux voir toute la vie au contraire et ça fait peur au début mais ne t’inquiètes pas ce sont bien tes pieds et tes mains et ils sont beaux ! hahahahha

Julie « je me sens tellement bien, apaisée, sereine et envahie d’amour et je dois dire que le fait que je trouve que ce ne sont pas mes mains et mes pieds m’amuse beaucoup … J’ai un paréo de couleurs vives sur moi et j’ai l’impression d’être un papillon, je danse autour du feu et je marche en faisant voler mon paréo comme des ailes , je reste moi bien sûr mais à ce moment-là je me sens tellement proche des papillons ».

À un moment un papillon vient se poser sur elle et je la vois s’identifier à lui et Julie a l’impression qu’il a les mêmes couleurs que son paréo. D’ailleurs tout le long elle verra des papillons et se prendra pour un papillon avec son paréo multicolore comme ailes ! hahahahhaha. Le pauvre petit papillon était mal en point avec une aile fatiguée et on a l’impression qu’il reste longtemps avec nous à essayer de survivre, se battre et je vois Julie vraiment s’identifier à ce papillon et être en empathie et comme commencer à avoir de la tristesse alors je ne sais pas pourquoi il me vient à l’idée de lui dire au moment où elle me dit « pourquoi il vient mourir sur moi » : « tu sais que les papillons ça vit 3 jours ? C’est dommage quand même tout ce boulot avec les chenilles, les chrysalides pour juste nous émerveiller 3 jours c’est beau mais c’est con hahhahaha ! » Et alors là on s’est mises à rire aux éclats à ne plus pouvoir s’arrêter encore.

préparation ayahuasca comunindios 4
préparation ayahuasca comunindios 4

Puis il doit être aux alentours de 9h je dirais, et après donc environ 4h de « travail » Julie a fini par aller vomir et moi peu de temps après comme synchro presque ! Alors de son côté, elle a eu l’impression de vomir des graines et ce n’était qu’un moment de rigolade de plus alors qu’elle a en général une phobie de vomir, et moi, j’ai vu la forme d’un crapaud pas joli puis comme si bougeaient à l’intérieur des feuilles, je suis restée admirative de mon vomi et comme si j’avais éliminé des mauvaises choses en moi et donc je me sentais mieux.

Il se passe tout un tas de petits délires tout le long comme ça encore : par exemple avec les cigarettes qu’on fume alors que c’est déconseillé par Paulo au départ de la cérémonie et que l’on la voit comme notre « copine », et alors même que notre propre père se bat actuellement contre un cancer à cause notamment de la cigarette … c’est inexplicable nous continuons de fumer et j’aurai pensé que cela puisse nous « guérir » de cette addiction mais bon ce sera pour une prochaine fois on l’espère ! Pour le moment, semble-t-il qu’on en ait besoin ! Autre délire,  l’expédition pour aller chercher nos bananes car on avait faim : ha ça je vais quand même le raconter car c’est drôle. je voulais faire plaisir à Julie absolument car elle m’avait justement reprochée de ne pas avoir pris soin d’elle lorsqu’elle était malade (tourista) depuis le bateau de Belém/Santarem, et du coup alors que j’étais dans un état vraiment « bien bien » après la 3ème prise de l’Ayahuasca, et alors que Julie a préféré de ne pas en reprendre à cause d’un trop grand écœurement à l’idée de reboire (remanger peut-on dire vu la texture), elle me dit qu’elle a faim et me demande d’aller chercher nos bananes achetées plus tôt et se trouvant sous le chapiteau de cérémonie. L’ayahuasca permettant un développement des sens incroyables, j’ai dû mettre une bonne demi-heure à aller chercher les bananes je pense ! Tout au long de ces 30 secondes de marche séparant le feu de camp où on était et le chapiteau, mes sens, notamment vue et ouïe, étaient déconcentrés par tout le MAGIQUE qui m’entourait et m’éblouissait. Il m’a fallu une très grande concentration et lutter pour arriver à garder « l’objectif bananes ». Et idem ensuite lorsqu’elle a voulu aller se reposer pour trouver un oreiller ou au départ quand il fallait trouver les cigarettes !

ayahuasca photo de la préparation 2
ayahuasca photo de la préparation 2

L’après ayahuasca !

Julie : Je n’ai pas voulu reprendre une troisième dose, pas besoin : j’ai la sensation d’avoir été jusqu’au bout de mon voyage. Les effets commencent à s’estomper et je retrouve petit à petit une vision normale et un esprit moins créatif,  mais la sérénité en moi reste et je me sens tellement reconnaissante d’avoir pu voir et ressentir la nature d’une telle manière et je ne me sens pas triste que cela se soit arrêté, je suis sereine.

Christine : Pour moi cela a été plus difficile. En effet, ayant pris 3 doses et apprécient le goût jusqu’à la fin en continuant ce 3ème verre jusqu’à environ midi, les effets se sont prolongés un moment mais beaucoup moins intenses, tout me semblant beaucoup plus « terne », j’avais envie de retrouver cette communion avec la nature. Et un fort mal de tête s’est installé et a duré jusqu’au lendemain matin et j’étais toute l’après-midi dans un état de décontraction totale comme cela ne m’est jamais arrivé, admirative de tout à l’affût de revoir des choses incroyables et cela marchait d’ailleurs, j’ai compris que l’on prend le temps de rester dans la nature à ne rien faire qu’observer on voit tout un tas de choses en Amazonie en tout cas ! J’ai dû rester par exemple bien une demi-heure à admirer le parcours d’une grosse « bêbête » noire transportant une grosse mygale qu’elle venait de tuer ! J’étais très inquiète par ce mal de tête intense comme si on me la pressait dans un étau ! J’ai donc demandé à Paulo si cela était normal car j’étais la seule du groupe à ressentir cela je crois …

Alors son explication a été la suivante et même si cela n’est peut-être pas la réalité ou scientifiquement prouvé cela m’a beaucoup parlé du fait que comme je vous l’ai dit avant je suis fibromyalgique due à une maladie de Lyme ancienne non traitée quand j’avais 12 ans et dont les symptômes sont réapparus à l’âge de 30 ans. Selon Paulo donc, les maux de ventre après l’ayahuasca sont liés à l’action de la préparation qui tente de soigner un problème infectieux et les maux de tête sont eux liés à l’action de la plante qui continue de tenter de soigner des problèmes de fonctionnement du corps liés à d’autres facteurs qu’une infection : voilà voilà avec moi cela duré bien longtemps ! Les 2 jours qui ont suivis j’étais sur le bateau du retour pour Belém et je ne me suis jamais sentie si bien ! Fini plus de douleurs, plus de tensions ! Puis malheureusement pas de miracle, c’est revenu mais je crois moins intense : cette expérience me donne l’espoir que cela puisse améliorer mon état dans l’avenir et je pense que si l’occasion se représente à nouveau et même si cela a été douloureux après la cérémonie, je retenterai cette expérience d’une part pour la possibilité de revoir le monde merveilleux que cela m’a permis de voir et d’autre part pour ma santé car j’ai senti que cela m’avait fait un bien fou au final !

En espérant que notre expérience vous a plu et vous a été utile pour une éventuelle prise de décision, et au plaisir d’échanger en commentaires ci-dessous sur vos expériences persos éventuelles ou vos questionnements latents auxquels nous tenterons de répondre !

Christine et Julie de Slow Life Style

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *